Dans l’ombre d’une actualité centrée sur le Covid, la proposition de loi dite « Matras » s’apprête à être votée sans qu’une concertation suffisante ait eu lieu avec les acteur concernés, et sans que nos concitoyens aient pu prendre conscience de ses conséquences sur leurs urgences vitales.

Une partie de cette proposition de loi envisage l’instauration du 112 comme numéro unique de réponse aux appels d’urgences. Ce numéro unique aurait aussi pour objectif de dissocier les appels relevant de la santé entre le « très urgent », qui relèverait du 112, et le « moins urgent » correspondant à un autre numéro : cela reviendrait, en pratique, à instaurer un système imposant au patient d’évaluer seul la gravité de son état.

Nous, hospitaliers, élus, citoyens, exprimons notre admiration et notre respect pour le travail des pompiers, ces femmes et ces hommes – pour la plupart volontaires – qui viennent au secours des Français. Nous partageons les mêmes valeurs de service à la population.

Lire la suite

commodo dictum libero. pulvinar quis diam ipsum