Saint-Malo. Les professionnels de santé signent une convention pour mener des projets

La Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS), qui coordonne le centre de tests PCR et de bientôt de vaccination va disposer de plus de moyens pour mener d’autres projets.

La Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) existe depuis avril 2019. Mais elle est surtout connue du grand public depuis le début de la crise sanitaire. C’est elle qui a mobilisé un pool de professionnels de santé, à Marville d’abord, puis dans l’ex-piscine du Naye, pour réaliser des tests à grande échelle.

Présidée par Jean-Louis Unal, médecin généraliste à Saint-Jouan-des-Guérets, la CPTS rassemble 150 professionnels de santé (médecins généralistes, infirmiers, kinés, mais aussi des pharmaciens) sur 22 communes et un territoire de 105 000 habitants (de Saint-Lunaire à Hirel, en passant par Miniac-Morvan, Saint-Méloir-des-Ondes…). En lien avec le centre hospitalier, la clinique, l’hôpital Gardiner de Dinard, l’hospitalisation à domicile…

Claudine QUERIC, Directrice de la CPAM d’Ille et Vilaine, Hervé GOBY, Directeur de la stratégie régionale de santé à l’ARS Bretagne, Jean-Louis UNAL, Président de  la CPTS

« Ce travail de collaboration a commencé avec Anne Le Gagne, au centre hospitalier, il y a deux ans », indique Jean-Louis Unal. Soutenue financièrement par l’ARS, la CPTS a étudié les besoins en santé de ce territoire. Et grâce à une convention, signée ce vendredi 15 janvier, avec l’ARS (Agence régionale de santé) et l’Assurance maladie, elle pourra mettre en œuvre ses projets, autour des soins à apporter à la population. « Il y a eu beaucoup d’étapes à franchir », souligne Claudine Quéric, directrice de la CPAM d’Ille-et-Vilaine.

Cette convention est la troisième en Bretagne, mais la plus importante. Signée pour cinq ans, elle porte sur cinq missions. L’une d’entre elles est de favoriser l’accès aux soins aux patients qui n’ont pas de médecin traitant. « Cela représente 13 % de la population couverte par la CPTS », remarque Hervé Goby, de l’ARS Bretagne. L’idée ? « Mettre en place une cartographie interactive, permettant de communiquer sur les professionnels acceptant de nouveaux patients à l’instant « T ». » Les autres projets portent sur un espace dédié à la personne âgée et aux aidants ; des actions de prévention des addictions chez l’adolescent, d’éducation thérapeutique autour des pathologies cardio-vasculaires…

Une enveloppe de 140 000 € est comprise dans cette convention. « Elle indemnise les personnes travaillant sur ces sujets, le mobilier, le matériel informatique, indique le Dr Jean-Louis Unal. Elle va aussi permettre d’employer Anne-Flore Glory, comme coordinatrice de la CPTS. »

Article paru dans Ouest France du 16 janvier 2021

 

sed velit, dolor id felis Phasellus ut felis risus Aenean libero. vel,